Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
La Monongahéla

ni sa mère qui étaient morts à peine à sa sortie du berceau. Elle n’avait que deux frères — Linctôt aîné, et Linctôt cadet, — tous deux alors à l’armée et qui se distinguèrent plus tard à la bataille de la Monongahéla.

Fille de la propre sœur de madame de Vaudreuil, elle avait été accueillie par celle-ci comme son enfant et faisait par la gaité et la bonté de son caractère la joie des hôtes du château St-Louis.

Quand madame de Vaudreuil arriva à la ferme, vers cinq heures, la jeune fille s’empressa de lui raconter son aventure et la bravoure de Nicolas de Neuville. Elle le fit même en termes si chaleureux que son éloquence attira un sourire sur les lèvres de sa tante, sourire qui la fit rougir.

Cependant un tel service ne pouvait laisser indifférents monsieur et madame de Vaudreuil. Aussi, dès le lendemain firent-ils prendre des nouvelles du blessé qui était tout à fait sur pied, et quelques jours après, Daniel et Nicolas recevaient une invitation à dîner du château.

Ces visites se renouvelèrent jusqu’au départ du vaisseau sur lequel servaient les deux jeunes gens Nicolas de Neuville ressentit bientôt un sentiment assez vif pour la pupille du gouverneur, sentiment partagé du reste. Mais ce fut un amour tout platonique. Nicolas, malgré la légèreté naturelle de son caractère, comprit cependant les difficultés de sa