Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/77

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
79
La Monongahéla

Apprends donc qu’il y a des peuplades si barbares, dans les grands pays de la mer du sud, qu’elles n’ont ni logis, ni cabanes et qu’elles sont toujours en campagne. Pour lors, les hommes portent leur ménage sur leur dos, et comme c’est incommodant, ils n’ont qu’un moyen de transporter leur lit : c’est de se l’enrouler autour de la tête.

— Les Écossais, maître, reprit Pompon avec un inquiétude marquée, sont-ils bien durs à cuire ?

— Oui, moucheron. J’obtempère à croire que trois ou quatre ensemble pourraient bien lutter contre un canadien.

Cette déclaration parut rassurer Pompon-Filasse. Il crut cependant devoir poursuivre ses investigations sur le compte d’adversaires aussi redoutables.

— Mais on prétend, maître, dit-il, qu’au printemps il va en venir un si grand nombre pour nous attaquer de ces hommes en jupons, que le port où nous sommes ne pourra pas contenir tous les vaisseaux qui vont les amener.

— Veux-tu me faire le plaisir de me rappeler à la mémoire les nom, prénom et qualité du bijou qu’il y a là ? demanda le vieux maître en indiquant de la main le pavillon blanc aux fleurs de lys que le vent agitait à l’arrière du vaisseau.

— Ça ? c’est le drapeau de la France.

— Que Dieu garde ! fit Bertrand en se découvrant. Or, mon garçon, comme par le temps qui court on