Page:Rousseau - Le château de Beaumanoir, 1886.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 54 —

Inspirez-moi…… Secourez-moi !… Prenez-moi par la main et conduisez-moi dans la voie que je dois suivre.

Elle reprit sa marche.

— Mon père ne consentira jamais à ce que j’épouse un homme qui serait hostile, sinon l’ennemi de l’intendant Bigot…… S’il savait même que cet amour existe dans mon cœur, il serait désolé, inquiet, horriblement tourmenté ! …… Non !…… non !…… il ne le saura pas.

Claire leva les yeux du ciel.

— Fortune, honneur, tranquillité, joie, mon père a tout cela de cet homme.

Elle s’agenouilla de nouveau.

— Mon Dieu ! dit-elle, donnez-moi la force d’accomplir ce sacrifice.

Je veux que mon père qui ne s’est occupé que de mon bonheur, qui ne vit que par moi et pour moi, soit heureux jusqu’à l’heure où vous l’appellerez à vous.

Secourez-moi, mon Dieu, et vous, ma sainte mère, vous dont j écoute la voix puissante, bénissez mes efforts, implorez le Seigneur pour votre malheureuse fille !…