Page:Roussel - Chiquenaude, 1900.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


«… Il y a du génie dans ses Impressions d’Afrique et dans Locus Solus… »

(Minerva.)


« Marcel Proust regardait la vie d’une manière absolument différente de celle des autres écrivains, sauf peut-être Raymond Roussel. »

Philippe SOUPAULT
(Feuilles libres.)


« Raymond Roussel déchiffre l’univers… Il entreprend comme le premier homme, mais secouru par un génie exceptionnel, de mesurer très exactement son langage sur les spectacles qui lui confirment son existence… On peut dire de lui qu’il écrit en grand classique. »

(Nouvelle Revue du Midi.)


« Il aborde même ce pays de chimérie ahurissante où habite d’ordinaire un auteur dramatique formidable en ses éruptions théâtrales et dont le volcan est sous pression pour dans quelques jours : Raymond Roussel. »

(La Volonté.)


«… À mon chevet voisinent les Contes d’Hoffmann, ceux de Poe, les Aventures de Lancelot du Lac, quelques volumes de Stevenson et les Impressions d’Afrique de Raymond Roussel ; et ce n’est pas à ce dernier que je reviens le moins souvent, car son œuvre est un monde, un monde nouveau et complet où l’esprit peut trouver à s’alimenter sans cesse… J’avoue ainsi mon enthousiasme pour l’étrange génie du romancier… »

Claude BALLEROY
(Revue du Vrai et du Beau.)


«… La surréaliste Poussière de Soleils de Raymond Roussel nous rappela les beaux jours de Locus Solus et de l’Étoile au Front où l’on vit quelques partisans acharnés de cet auteur