Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


après avoir soigneusement vérifié le niveau atteint par la pointe suprême, qui se trouvait placée juste en face de la toile encore intacte.

Sur cette pointe stable et isolée la jeune femme enfonça solidement, comme une boule de bilboquet, certaine grande sphère de métal munie horizontalement d’une sorte de bras pivotant et articulé dont l’extrémité, dirigée vers la palette, portait une dizaine de pinceaux pareils aux rayons d’une roue renversée à plat.

Bientôt, par les soins de l’opératrice, un fil double établit une communication entre la sphère et le coffret électrique.

Avant de commencer l’expérience, Louise, débouchant une petite burette, versa une goutte d’huile sur les barbes de chaque pinceau. Norbert mit à l’écart la valise encombrante, presque vide depuis que la jeune femme y avait puisé la sphère de métal.

Pendant ces préparatifs le jour s’était levé peu à peu, et le Béhuliphruen se remplissait maintenant de lueurs éclatantes, formant un ensemble féerique et multicolore.

Louise ne put retenir un cri d’admiration en se retournant vers le splendide jardin, dont l’illumination semblait magique. Jugeant la minute incomparable et miraculeusement propice à la réalisation de ses projets, la jeune femme s’approcha