Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/459

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


incompréhensible morceau, qu’il articula cette fois jusqu’au bout sans la plus minime erreur.

Ébloui par cette exécution parfaite, Talou reprit le chemin de la case impériale, après avoir chargé Sirdah d’exprimer à l’intéressé son entier contentement.

Rendu libre par cette agréable sentence, Carmichaël me prit des mains, pour le déchirer avec un joyeux empressement, le texte infernal qui lui rappelait tant d’heures de travail angoissantes et fastidieuses.

Après avoir approuvé en moi-même son geste d’innocente vengeance, je quittai avec lui la place des Trophées pour vaquer aux divers emballages, que rien ne retardait plus désormais.

Notre départ s’effectua le jour même, au début de l’après-midi. Les Montalescot s’étaient joints au cortège, qui, dirigé par Séil-kor entièrement guéri, se composait de tous les naufragés du Lyncée.

Talou avait mis à notre disposition un certain nombre d’indigènes chargés de porter nos vivres et les rares bagages qui nous étaient laissés.

Un brancard soulevé par quatre noirs fut réservé à Olga Tcherwonenkoff, qui souffrait toujours de son coup de fouet.