Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Plusieurs projectiles tirés à la file continuèrent le travail commencé ; peu à peu l’enveloppe albumineuse disparaissait au profit de l’élément interne, qui restait toujours intact.

Parfois, entre deux détonations, Hector Boucharessas allait en courant retourner l’œuf, qui, par suite de cette manœuvre, offrait successivement aux coups de feu tous les points de sa surface.

En arrière-plan un des sycomores faisait obstacle aux balles, qui, toutes, pénétraient dans le tronc partiellement taillé à plat dans le but d’éviter les ricochets.

Les vingt-quatre cartouches composant la provision de Balbet suffirent juste à l’achèvement de l’expérience.

Quand la dernière fumée eut jailli du canon de l’arme, Hector prit l’œuf dans le creux de sa main pour le présenter à la ronde.

Aucune trace de blanc ne subsistait sur la délicate membrane intérieure, qui, entièrement à nu, enveloppait toujours le jaune sans porter une seule égratignure.

Bientôt, sur la prière de Balbet soucieux de montrer qu’une cuisson exagérée n’avait pas facilité l’exercice, Hector ferma un instant la main pour faire couler entre ses doigts le moyeu parfaitement liquide.