Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aurifiées, pouvaient soudain s’élancer vers nous.

L’extrémité apparente de chaque mine échappait en somme au pouvoir protecteur de l’étanchium et justifiait pleinement ces saines appréhensions.

Bex, avec calme, s’empressa de rassurer son monde. Pour amener le phénomène d’irrésistible aimantation, l’objet voulu devait agir assez profondément sur la mine d’ambre dont la longueur égalait celle de chaque cylindre. Les métaux ou joyaux placés dans l’axe de l’étrange batterie étaient seuls susceptibles d’une mise en cause. Or la patience, suffisamment large, couvrait de son écran toute la zone menacée ; sans elle, l’attraction se fût exercée à n’importe quelle distance sur les navires sillonnant l’Atlantique et même jusqu’aux rivages américains, si, par impossible, la courbure de la terre ne l’avait empêché. Fort exposé comme opérateur, Bex avait, paraît-il, rejeté d’avance tout élément suspect, y compris ses boucles de gilet et de pantalon ; ses boutons de chemise et de vêtements étaient tous en os, et une souple ceinture de soie, serrée à sa taille, remplaçait la paire de bretelles à inévitable monture métallique. Il s’était définitivement immunisé à la dernière heure en confiant à Balbet ses objets les plus précieux. Par une heureuse circonstance, sa dentition, excellente et pure, se trouvait indemne de tout apport étranger.