Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


correspondait, sans équivoque possible, au bouton d’or appelé avant tous à remplir de son disque l’évasement central de la patience. Son pouvoir très spécial n’aurait donc pu s’exercer sur une imitation absolument dépourvue de tout élément aurifère.

La lenteur des pièces, d’abord pleines d’indécision, avait eu pour seule cause une trop grande insuffisance d’or pur.

Sans se préoccuper de l’incident qui ne troublait en rien ses projets, Bex prit par son extrémité supérieure le lé de drap bleu, qu’il tira sans secousses vers le haut de la patience.

Le glissement commode et régulier ne réclamait aucun effort.

L’étoffe, grimpant au long de la rainure, cacha peu à peu l’évasement circulaire, qui, invisible mais facilement deviné, encadra bientôt la première lamelle d’étanchium.

Dès lors, Bex, à l’aide de ses genoux et de sa main gauche, dut retenir la patience sollicitée avec force vers le groupe de cylindres.

En effet, derrière l’étoffe, le bouton d’or correspondant à la première lamelle se trouvait depuis peu encerclé par l’échancrure ronde. Deux fragments de son disque, dépourvus de toute cuirasse d’étanchium, entraient ainsi en communication directe avec les mines d’ambre braquées vers eux.