Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1786, tome 7.djvu/576

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un arbre tel qu’il est représenté dans la figure 18 ; à la réserve seulement des fruits, auxquels on ne peut encore trop s’attacher. Jusque-là, il ne faut songer qu’à former un arbre bien constitué & ne pas en espérer des productions fructueuses.

Cette quatrième taille nous procurera donc, premièrement, la formation de deux membres nouveaux propres à garnir les côtés extérieurs de l’arbre. Deuxièmement, la continuation des mères-branches 6, 9, Figure 17, & leur prolongation jusqu’aux points 11, 16, figure 18, ainsi que celle des deux membres inférieurs 5, 10, Figure 16, jusqu’aux points 19 28, figure 18 ; & enfin, la continuation des deux membres intérieurs 7, 8, Figure 17, jusqu’aux points 23, 24, figure 18. Troisièmement, la production de quelques fruits sur les branches 41, 42, 43, 44, 45, & leurs correspondans de l’autre côté de l’arbre, & en outre le remplacement de ces mêmes branches. La naissance des nouveaux bourgeons fructueux 46, 47, 48, 49, 50. 51, 52, 53, & de leurs correspondans.

Cinquième & sixième tailles. Les tailles suivantes dont l’objet est toujours de porter l’arbre à son degré de perfection, tant pour futilité que pour l’agrément, ne sont qu’une succession d’opérations toujours les mêmes ; elles consistent à faire naître premièrement de nouveaux membres, par la taille des mères-branches lorsqu’elles sont parvenues aux points où elles doivent être divisées. Deuxièmement, de nouvelles branches fructueuses par la taille des membres. Troisièmement, du fruit par la taille de celles-ci lorsqu’elles auront acquis une égalité parfaite. La Figure 19 donne l’idée de la cinquième, & la Figure 20, le produit de cette taille. Il en est de même de la sixième, représentée dans la Figure 21, dont on voit aussi le produit dans la Figure 22.

On reproche à cette méthode, de conserver quatre mères-branches perpendiculaires, quoique sur base oblique, désignées par les lettres n o, ON, Figure 22, qui doivent affamer les mères-branches M, K, H, F, de la même Figure, ainsi que leur correspondante.

M. de la Quintinye donne un grand nombre de gravures, qui représentent des arbres à la seconde & à la troisième années de leurs pousses, & chargés de branches mal placées, ou inutiles. Je n’ai pas jugé nécessaire de les faire graver, puisque l’on voit par ce qui vient d’être dit dans les détails des deux dernières méthodes, que si des branches & des bourgeons sont toujours mal placés, c’est la faute du jardinier qui n’a pas su leur faire prendre la direction qu’elles devoient avoir.


CHAPITRE VII.

Des travaux accessoires pendant & après la taille.


Ce chapitre est entièrement neuf & aucun auteur, avant M. Roger de Schabol, n’avoit parlé d’une manière générale des objets qu’il renferme. On peut regarder ce qu’il dit comme le complément & le raffinement de la science de taille.

À la troisième & à la quatrième année, (c’est l’auteur qui parle) il faut user envers les arbres de divers moyens pour lei diriger. Ces moyens sont de deux sortes : les uns appartiennent à la médecine & à la chirur-