Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


démonstration en traitant le mot Onguent. (Voyez ce mot)

IV. Si la suppuration est lente à se former, si l’inflammation, moyen dont la nature se sert pour établir la suppuration, traîne, languit, on doit alors rendre les cataplasmes plus actifs, plus pourrissans, afin que l’abcès aboutisse. Le levain de la pâte, & sur-tout de la pâte de seigle, la graine de moutarde réduite en poudre & incorporée avec la fiente de pigeon ou de vache, produiront de bons effets.

On peut encore employer utilement des substances gommo-résineuses, telles que la gomme ammoniac, le bdellium, le sagapenum, mises en solution par le vin, & unies aux oignons cuits sous la cendre, aux savons, &c.

À ces remèdes extérieurs, il convient d’unir les remèdes intérieurs pour ranimer les forces de l’animal. La thériaque seule, ou délayée par l’eau dans laquelle on aura fait bouillir des plantes, telles que les racines de scorsonère, de bardanne & des feuilles de chardon-bénit, de scabieuse, &c. seront appliquées convenablement.

V. Il se présente une troisième circonstance dans les différens abcès sur laquelle il est important de s’arrêter. Lorsque l’abcès se forme aux endroits chargés de graisse, ou sous de gros muscles, ou sous de fortes membranes, les maturatifs ou pourrissans dont on vient de parler, seront insuffisans pour attirer la suppuration au-dehors. Si on n’emploie pas des moyens plus prompts, plus efficaces, le pus fait des fusées, s’ouvre des routes dans le tissu cellulaire, y établit des clapiers, & les progrès du mal augmentent visiblement chaque jour. L’art fournit des ressources puissantes, & la prudence exige leur application aussi-tôt qu’on connoît le véritable siége du mal. Elles se réduisent à trois ; savoir, les caustiques, le cautère actuel & l’instrument tranchant. Le précipité rouge avec le sublimé corrosif, la pierre à cautère, la pierre infernale, le beurre d’antimoine sont les caustiques les plus renommés. Le cautère actuel est celui qui s’exécute par le moyen des boutons de feu. L’action des premiers est lente & douloureuse, & celle de la seconde est simplement douloureuse. Le cautère actuel est surtout préférable aux caustiques, lorsqu’il faut découvrir un abcès dans un endroit ou l’instrument tranchant arrive avec peine, ou lorsque la plaie se referme presqu’aussi-tôt qu’on l’a retiré. Le grand avantage du cautère actuel est de former une escarre considérable qui maintient l’ouverture de la plaie, & donne un libre écoulement au pus. L’instrument tranchant est d’une grande utilité ; la douleur qu’il occasionne est moins vive que celle des deux moyens cités, & son action est plus directe & plus prompte. Lorsqu’on plonge le fer dans le foyer de l’abcès, lorsque l’abcès est ouvert dans toute sa largeur, alors on introduit le doigt dans sa cavité ; & si des brides forment des cellules, des cloisons, & pour ainsi dire autant de sacs d’abcès séparés, il convient de les couper avec les ciseaux ou avec le bistouri. Un praticien attentif accompagnera & con-