Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/376

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de pyramide renversée, ayant trois pouces & demi en quarré à sa naissance, & six pouces dans le haut. On conduira ce tuyau dans les cheminées qui servent aux fourneaux ordinaires.

En louant le zèle de M. Ricard, & en lui rendant hommage comme au bienfaiteur de sa province, on doit remarquer cependant qu’il n’a pas tiré tout le profit convenable de la chaleur ; que la porte du fourneau, ainsi que dans tous les fourneaux ordinaires, soit au bois, soit autrement, est trop rapprochée de la bouche de la cheminée, & par conséquent la chaleur ne séjourne pas assez sous la chaudière, & gagne trop vite la gaine de la cheminée. On croit communément que la flamme lèche toute la chaudière ; c’est pourquoi on laisse un vide entr’elle & la maçonnerie. Si on enlève la chaudière de dessus son fourneau, après qu’elle aura servi à la distillation pendant quelque tems, on verra tout autour, excepté du côté de la cheminée, une espèce de suie, de poussière grisâtre, & très-fine. Or, si la flamme avoit parcouru tout l’espace vide, certainement on n’y trouveroit ni suie ni poussière. Il est clairement & démonstrativement prouvé que la flamme & la chaleur suivent le courant d’air ; par conséquent, la flamme & la chaleur qui arrivent dans la cheminée, y arrivent en pure perte pour la chaudière. En effet, qu’est-ce qu’un espace de trois à quatre pieds pour la flamme d’une masse de bois embrasé qui peut parcourir une distance de plus de vingt pieds, comme on le voit tous les jours dans les fourneaux des distillateurs d’eau forte, d’acide vitriolique, &c. ? On y met le feu par un bout, & la flamme sort par la cheminée placée à l’autre bout, éloigné du premier de dix à vingt pieds.

Il seroit donc plus avantageux pour tous les fourneaux consacrés à la distillation des vins, de ménager tout autour de la chaudière un tuyau tracé en spirale comme le serpentin, & par ce moyen de conserver plus longtems la flamme & la chaleur autour de la chaudière. Rien n’est plus aisé à pratiquer. Faites soutenir la chaudière à la hauteur qu’elle doit être ; laissez tout le bas nud ; & dans la partie opposée à la porte du fourneau, commencez le tuyau sur huit pouces de hauteur & sur six de largeur ; faites-le tourner tout autour de la chaudière jusqu’à la cheminée ; des briques longues suffisent pour former ce tuyau. Il est évident que par ce moyen, la flamme lèchera complettement toute la chaudière, à l’exception de la partie de la brique couchée sur son plat, qui touchera directement la chaudière. Ainsi en supposant que le tuyau ne fasse que trois tours autour de la chaudière, en partant depuis le foyer jusqu’à la cheminée, vous aurez au moins trente à trente-six pieds de tuyau, dont la flamme s’appliquera directement contre la chaudière, tandis que dans la manière ordinaire, il n’y a pas plus de trois à quatre pieds de contact immédiat. L’expérience est facile à faire, peu coûteuse, & on se convaincra combien, par cette mani-