Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/530

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sont d’augmenter ceux de la transpiration insensible, de provoquer la sueur, de ranimer puissamment les forces vitales, de beaucoup échauffer, de porter sur la poitrine, jusqu’à exciter une toux plus ou moins vive chez les personnes délicates. Il est indiqué dans l’asthme pituiteux, dans la toux catarrale, dans l’apoplexie légère & séreuse, dans l’apoplexie pituiteuse, la paralysie pituiteuse, la gangrène humide par infiltration, l’asphixie des noyés, la syncope par les passions de l’ame, la syncope par de grandes évacuations, l’épilepsie séreuse, & intérieurement & extérieurement contre la morsure des vipères. On doit cette dernière découverte au célèbre M. de Jussieu.

L’esprit volatil de sel ammoniac dulcifié agit extérieurement avec plus de force que l’alcali volatil fluide ou concret, dans les maladies où il faut promptement ranimer les forces vitales.

Le sel alcali volatil fluide de sel ammoniac se donne depuis trois grains jusqu’à une demi-drachme, dans quatre onces de véhicule aqueux. Pour conserver tous les sels volatils, il faut avoir des flacons de cristal, dont le bouchon soit usé à l’émeri, afin qu’ils bouchent exactement.

L’esprit volatil de sel ammoniac dulcifié ; on le présente sous le nez des personnes attaquées de foiblesses. On doit le prescrire très-rarement pour l’intérieur. Sa dose est depuis deux grains jusqu’à une demi-drachme dans quatre onces de véhicule aqueux.

Le sel alcali volatil concret se donne depuis trois grains jusqu’à une demi-drachme, incorporé dans une suffisante quantité de sirop & le double de son poids de sucre, ou en solution dans quatre onces de véhicule aqueux.

Le sel alcali volatil aromatique, depuis trois grains jusqu’à une drachme.

Le sel volatil d’Angleterre, à la même dose que le sel volatil concret. (Voyez le § IV, de l’alcali volatil, pag. 388.)


AMODIATION, AMODIER. C’est donner à bail une terre, un champ, &c., pour être payé soit en argent, soit en grains, &c.


AMOME, AMOMUM. (Voyez Sison)


AMOUR. (Pomme d’) Voyez Solanum.


Amour. (Poire d’) Voyez Poire.


AMPÉLITE. Est une terre noire & bitumineuse, tendre, friable, dont les charpentiers & les dessinateurs se servent pour tracer des lignes. On la connoît dans le commerce sous le nom de pierre noire. Son nom, dérivé du grec, annonce que les anciens l’employoient dans la culture de la vigne, pour faire périr des vers qui l’attaquent trop souvent. Mais comment cette terre peut-elle produire cet effet ? Il n’est pas difficile de le concevoir, si l’on fait attention à sa nature. L’ampélite paroît être à l’analyse un schiste argileux, mêlé de pyrites très-sulphureuses, & d’une portion de bitume, qui lui donne une très-grande analogie avec le charbon de terre. Quand cette terre est exposée à l’air,