Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/549

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dites. Telles sont les fleurs des plantes graminées, des ombelles, celles des fleurs en croix, des fleurs en lys, &c. La monœcie seule contient de vraies androgynes. Telles sont les fleurs du noyer, du noisetier, des courges, des melons, &c., puisque ces plantes portent sur le même individu, mais séparement, des fleurs à étamines & des fleurs à pistils. M. M.


ANDROSÊME, Androsœmum. ( Voyez Toute-saine)


ÂNE. Si l’on reproche à cet animal domestique plusieurs vices dans le caractère, il les rachète par la grande utilité dont il est pour les habitans de la campagne. Cette bête de somme porte de grands fardeaux relativement à sa grosseur, & tire la charrue dans les terres légères. Que de secours on peut attendre d’un animal qui coûte si peu à nourrir ! aussi est-il la ressource des malheureux, qui ne peuvent pas acheter un cheval ou un mulet.

L’âne est du genre des solipèdes, c’est-à-dire que la corne de son pied est d’une seule pièce. Ses oreilles sont longues & larges, ses lèvres épaisses, sa tête trop grosse en proportion du corps, sa queue longue, & seulement garnie de poils à son extrémité ; sa voix est extrêmement forte, dure, désagréable à l’oreille ; il brait pendant un tems assez considérable, & recommence à plusieurs reprises. Cet animal est patient, dur au travail, & indocile. On ne peut ordinairement le faire marcher qu’à force de coups ; sa peau est si dure, qu’elle n’est sensible qu’au bâton : sa marche est très-assurée dans les chemins mêmes les plus mauvais, & au bord des précipices. S’il est quelquefois surchargé, il incline la tête & baisse les oreilles.

La plupart des ânes sont de couleur gris de souris. Il en est de gris argenté, de gris marqué de taches obscures, de blancs, de bruns, de noirs & de roux.

Proportions. La beauté de cet animal résidant dans le rapport & la convenance de ses parties, il faut de toute nécessité en observer les dimensions particulières & respectives. Pour acquérir la connoissance de ses proportions, prenons pour cet effet un âne de taille moyenne ; nous trouverons qu’il a quatre pieds six pouces de longueur, mesurée en ligne droite, depuis le sommet de la tête jusqu’à l’anus ; trois pieds quatre pouces & demi de hauteur, prise à l’endroit des jambes de devant, & autant des jambes de derrière ; un pied & demi de longueur dans la tête, du bout des lèvres entre les deux oreilles ; six pieds de longueur, depuis le bout du nez jusqu’à l’anus, pourvu que la tête soit bien placée ; un pied deux pouces de circonférence, prise du bout du nez entre les naseaux & les extrémités des lèvres ; neuf pouces d’une des commissures des lèvres jusqu’à l’autre ; un peu plus de distance dans le haut des naseaux que dans le bas ; dix pouces & demi de distance entre l’angle intérieur de l’œil & le bout des lèvres ; quatre pouces & demi entre l’angle extérieur & l’oreille ; un pouce cinq lignes de longueur d’un angle de l’œil à l’autre ; six pouces & demi entre les deux angles extérieurs, c’est-à-dire, au commencement du chanfrein ; deux pieds cinq pouces