Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/550

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de circonférence, prise devant les oreilles, en dessous du gosier ; huit pouces & demi de longueur dans les oreilles, & cinq pouces de largeur dans leur base ; quatre pouces de largeur entre les deux oreilles ; un pied de longueur depuis la tête jusqu’aux épaules ; un pied onze pouces de circonférence près de la tête ; neuf pouces de longueur depuis la crinière jusqu’au gosier ; deux pieds trois pouces de circonférence près des épaules ; trois pieds huit pouces de circonférence dans le corps, prise derrière les jambes de devant ; quatre pieds cinq pouces dans le milieu, à l’endroit le plus saillant, & trois pieds neuf pouces devant les jambes de derrière ; un pied onze pouces depuis le bas ventre jusqu’à terre ; six pouces de circonférence à l’origine de la queue ; un pied deux pouces dans le tronçon ; onze pouces & demi depuis le coude jusqu’au genou ; neuf pouces de circonférence dans cette même partie ; six pouces de longueur dans le canon, & autant de circonférence ; sept pouces & demi dans celle du boulet ; dix pouces dans la couronne ; quatre pouces & demi de hauteur du coude au garrot ; deux pieds deux pouces du coude jusqu’au bas du pied ; quatre pouces de distance d’un bras à l’autre ; un pied deux pouces & demi de longueur, depuis le grasset jusqu’au jarret ; quatre pouces de largeur dans la cuisse de devant en arrière, au dessus du jarret ; neuf pouces & demi de circonférence ; deux pouces de longueur, & autant de largeur, au pâturon de devant en arrière ; un pied quatre pouces de hauteur depuis le bas du pied jusqu’au jarret ; cinq pouces de longueur dans le sabot, depuis la pince jusqu’au talon ; trois pouces de largeur d’un quartier à l’autre.

Le parallèle de l’âne avec le cheval, démontre qu’il a la tête plus grosse à proportion du corps, les oreilles plus longues, le front & les tempes garnis d’un poil long & épais, les yeux moins saillans, la paupière inférieure plus aplatie, la lèvre supérieure pendante, l’encolure plus épaisse, la crinière moins grande, le garrot plus bas, le poitrail plus étroit, le dos convexe, l’épine tranchante dans toute son étendue, les hanches plus élevées que le garrot, la croupe plate & avalée, la queue dégarnie de poil jusqu’à son extrémité ; il est crochu & jarreté dans les jambes de derrière. Une tête grosse, un front & des tempes sans poil, des yeux éloignés, un bout de nez renflé, donnent à l’âne un air stupide. Il ressemble plus au cheval par son squelette que par ses parties molles.

Choix de l’étalon. C’est principalement de l’étalon que dépend la beauté de l’espèce. Il doit être bien fait, (voyez les proportions) de belle taille, gros, bien quarré, ayant les yeux pleins, vifs & bien fendus, de grandes narrines, le col long, le poitrail large, la croupe plate, la queue courte, le poil lisse, un peu luisant, & d’un gris foncé ; les parties de la génération grosses, charnues & robustes, & de l’âge de trois ans jusqu’à dix.

La santé du corps de l’animal est encore à examiner. Des yeux enfoncés défigurent l’âne & rendent les fluxions plus fréquentes. La présence des glandes sous la ganache