Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/696

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quand cela sera fait, construisez des murs aux extrémités avec de l’argile humide, & laissez à chacune des rigoles un trou pour allumer le feu. Cette muraille ne doit pas avoir plus de hauteur que les autres ; mais on lui donnera un pied d’épaisseur. Sur chacun des trous, aux endroits où les rigoles se croisent, élevez une cheminée de briques, de six pieds de hauteur, & assurez-la en dehors avec un peu d’argile humide.

Ensuite mettez de la paille sur les rigoles, & quelques fagots par-dessus : arrangez-en autant qu’il en faudra, pour remplir les espaces qui restent entre les murs, & jusqu’au niveau des murs mêmes. Construisez ensuite aux deux côtés, des murs d’argile de la même manière que ceux qui sont dans les bouts, & laissez au-dessus de chaque canal, un trou de neuf pouces, de même que dans l’ouvrage précédent.

Couvrez le tout avec quelques bons fagots, & remplissez leurs intervalles avec de la fougère ou autre matière semblable, pour donner au tout une certaine solidité & une surface unie : ensuite élevez les quatre murs des extrémités & des côtés, aussi haut que ces fagots auront élevé tout l’ouvrage, & alors le tout sera en état de recevoir l’argile.

On la creusera, autant qu’on le pourra, en gâteaux, de la largeur & longueur d’un fer de bêche, & on la posera uniment sur le faîte des fagots. La couverture d’argile doit avoir deux pieds d’épaisseur, & être disposée d’une manière si serrée, que le feu puisse être parfaitement contenu en dedans, car s’il se faisoit passage par quelqu’endroit, il s’éteindroit bientôt de lui-même, sans avoir perfectionné sur l’argile l’opération qu’on a en vue.

Corroyez ensemble un peu d’argile & de terre avec de l’eau, & quand le mélange sera assez mou pour pouvoir être manié commodément avec une truelle, enduisez-en bien épais la partie extérieure des murailles jusqu’à la hauteur de trois pieds. Par ce moyen, l’argile dont ces murs sont composés aura également sa portion de la chaleur, & deviendra aussi bon engrais que le reste.

Lorsque le tout est ainsi préparé, apportez une bonne quantité d’argile, & garnissez-en le bâtiment tout autour : on pourra en préparer vingt charges, ou plus, pour cet usage, & on en jettera par-tout où le feu percera : par ce moyen, elle se calcinera aussi-bien que le reste, en même tems qu’elle remplira son objet, qui est de contenir le tout en bon ordre. Faites une ouverture de trois pieds de longueur, en partant du bout de chacune des tranchées, & qui ait autant de largeur & de profondeur qu’elles, mais elle n’a pas besoin d’être couverte.

Quand le tout sera ainsi préparé, on y allumera le feu dès la pointe du jour, afin d’avoir à soi toute la journée pour cette opération, que l’on fera de la manière suivante. Observez de quel côté le vent souffle ; préparez-vous à allumer de ce côté-là. Vous boucherez toutes les autres ouvertures des murs ; & à celles qui sont du côté du vent, vous mettrez le feu à la paille qui est au au-dessus des rigoles. Cette