Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/703

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


humide chez les sujets d’un tempérament pituiteux ; extérieurement dans les ulcères putrides sanieux, peu douloureux & anciens. Les doses sont les mêmes que celles de l’aristoloche ronde.

La petite aristoloche est indiquée dans les mêmes cas que les précédentes. Lorsqu’on cultivera ces plantes dans les provinces du nord, le grand point est de les garantir de la rigueur des froids, de semer leurs graines sous des châssis & sur couche au mois d’Octobre ; enfin, de les conduire ainsi que les plantes qui exigent l’orangerie. Quelques-unes de ces espèces ne sont que trop multipliées dans les vignes des provinces méridionales ; & si on n’a soin d’extirper sur-tout l’aristoloche longue & ronde, sa mauvaise odeur se communique aux raisins, & le vin qu’on exprime de ces raisins conserve un goût & une odeur désagréables. Dans les cantons où les vignes sont garnies d’échalas, il faut bien se garder de s’en servir pour mettre ces herbes sécher. S’il survient une pluie, l’eau qui en découle sur le raisin lui communique un goût détestable. Il seroit même très à propos, dès que l’aristoloche est arrachée de terre, de la transporter hors de la vigne. Elle donne beaucoup de peine à détruire, parce que chaque nœud de sa racine produit une nouvelle plante. Il faut donc en agir pour l’aristoloche comme pour le gramen.


ARMOISE, ou Herbe de Saint-Jean. M. Tournefort la place dans la troisième section de la douzième classe qui comprend les herbes à fleur à fleurons, ou fleur flosculeuse, qui laisse après elle des semences sans aigrettes ; & il l’appelle artemisia vulgaris major. M. Von Linné la classe dans la singénésie polygamie superflue, & l’appelle artemisia vulgaris. (Voy. Pl. 20, p. 652.)

Fleur, composée de fleurons : les fleurons hermaphrodites dans le disque B, & les fleurons femelles à la circonférence C, au nombre de cinq ; les uns & les autres ont la forme d’un tube évasé à l’extrémité, & sont découpés en cinq dents égales. Les fleurs femelles n’ont que le pistil D ; & dans les fleurs mâles, le pistil est accompagné de cinq étamines attachées au tube de la corolle. Les fleurs sont ramassées dans des enveloppes, ou calices écailleux E ; le réceptacle qui les porte est nu, conique, environné de plusieurs écailles linéaires.

Fruit. Chaque fleuron contient une petite semence F, oblongue & sans aigrette.

Feuilles, ailées, planes, découpées, velues, vertes en dessus & blanches à leur surface inférieure.

Racine A, rampante, fibreuse.

Port. Les tiges sont herbacées, hautes environ de trois pieds, droites, dures, cannelées, cylindriques, un peu velues, rougeâtres, moelleuses ; les fleurs naissent au sommet, disposées en grappes, de couleur d’herbe ; les feuilles sont alternativement placées sur la tige, & de l’aisselle des feuilles naissent les petits rameaux.

Lieu. Les terrains incultes. La plante fleurit en Août & Septembre ; elle est vivace par ses racines : les tiges se dessèchent chaque année.