Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/114

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Cette page a été validée par deux contributeurs.


autres pailles, & les chevaux la mangent avec plaisir ; elle entretient dans les uns & dans les autres, une chair ferme, une respiration libre, une bonne activité. Le foin pur, au contraire, les rend lourds, paresseux, suants au moindre travail ; & ils le deviendront encore plus, si à l’exemple du Hollandois, du Flamand, &c. on leur donne le marc de la bière ; ils seront gras à pleine peau, toutes leurs formes bien arrondies, en un mot, de beaux chevaux de parade. De là est venu le proverbe : cheval de paille, cheval de bataille ; cheval de foin, cheval de rien. Il importe peu que ce proverbe soit en mots choisis, pourvu qu’ils expriment clairement ce qu’on veut dire.

Il y a une très-grande différence à faire entre les pailles quelconques des provinces méridionales du royaume, & celles des provinces du nord. Les premières sont infiniment plus nourrissantes, plus sucrées ; les grains à poids égal donnent beaucoup plus de farine ; ce point de fait sert de modification à ce que je viens de dire. Si on demande d’où provient cette différence si frappante, il est aisé de voir qu’elle provient de l’intensité de la chaleur habituelle ; son plus grand degré d’activité élabore mieux les sucs, ils sont moins délavés & délayés dans l’eau de végétation ; les conduits séveux plus étroits, & par conséquent la sève est plus épurée.

VIII. Analyse du grain d’avoine. Quoique toutes les plantes graminées se ressemblent entr’elles par la nature des principes qui les constituent, ils varient cependant, relativement à l’état & à la quantité où ils s’y trouvent. L’avoine contient plus d’écorce que de farine. Analysée à froid par le moyen de l’eau, on obtient une matière sucrée, beaucoup de substance extractive, dont l’odeur est comparable à celle de la vanille, & peu d’amidon. (Voyez ce mot) Analysée avec le secours du feu, ses produits, à la cornue, sont une huile épaisse, de l’acide coloré, & de l’alcali volatil. Nous devons cette analyse à M. Parmentier. Ce respectable citoyen, uniquement occupé du bien public, a successivement fait imprimer un Traité complet sur la fabrication & le commerce du pain,… Avis aux bonnes ménagères sur la meilleure manière de faire le pain,… Analyse chymique du blé & des farines… Examen chymique des pommes de terreLa manière de faire du pain avec les pommes de terre seules ; & tout récemment, Recherches sur les végétaux, qui, dans les disettes, peuvent remplacer les alimens ordinaires… Traité de la châtaigne, &c. Quel citoyen mérita plus que lui la couronne civique ? Ob cives servatos.

IX. Du grain d’avoine considéré relativement à la nourriture des animaux. Le propriétaire qui vend le grain d’avoine dont la paille a été un peu verte, trompe l’acheteur, & l’acheteur est volontairement sa dupe, si avant de conclure le marché, il n’a pas fait l’épreuve de l’eau ; elle lui apprendra au juste combien une mesure donnée renferme de bons grains & combien de grains vides. Ce n’est pas tout, il faut remettre la conclusion du marché à quelques jours après, em-