Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/530

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


suffit de le greffer sur de jeunes pieds d’aubépin.

Le buisson ardent ne se plait point dans les terres trop humides ; ses feuilles se chargent de rouille. Quoiqu’originaire des provinces méridionales, il craint peu le froid, réussit passablement bien en espalier au nord, & infiniment mieux placé au midi.


BUISSONNIER. Lieu destiné à la plantation des arbres qu’on doit tailler en buisson, ou qui sont déjà plantés & taillés de cette manière. On dit buissonnier, comme on dit espalier.


BULBE, ou Oignon. (Voyez Planche 20) Comme le mot oignon est employé en botanique principalement pour désigner une plante particulière, nous ne nous servirons que du mot bulbe pour exprimer cette substance tendre, succulente, de forme arrondie ou ovale, à laquelle sont attachées les racines de certaines plantes. Ces bulbes sont composées de différentes couches qui s’enveloppent les unes les autres.

On distingue plusieurs espèces de bulbes ; les unes sont écailleuses, composées de membranes épaisses disposées en écailles comme dans le lys (Fig. 38) ; les autres sont d’une substance charnue & solide comme la tulipe (Fig. 37) ; d’autres forment plusieurs tuniques qui s’enveloppent les unes les autres, comme l’ail, l’oignon, &c. (Fig. 39). Enfin, certaines bulbes ne sont que des lamelles ou portions charnues distinguées entr’elles, mais qui communiquent par des fibres intermédiaires, comme celles de la saxifrage.

La bulbe, proprement dite, n’est pas une racine, quoiqu’en botanique on se serve du mot racine bulbeuse pour désigner la première division des racines. (Voyez ce mot) C’est un vrai bouton qui contient en petit les élémens de la plante qui doit se développer au printemps. Les racines des bulbes tiennent à un corps charnu A qui est au-dessous de la bulbe. (Fig. 37) On peut même l’en détacher, & dans cet état la bulbe peut encore pousser sa tige & même fleurir. Le parenchyme succulent dont sa substance est composée, l’air atmosphérique qui pénètre à travers les vaisseaux absorbans, dont ses tuniques sont criblées, suffisent pour nourrir la tige.

Toutes les plantes se régénèrent ou de graines, ou de boutons, & quelques-unes de l’une & de l’autre manière. Les plantes bulbeuses portent leurs boutons au-dessus de leurs racines, & ils se forment entre la bulbe & le corps charnu d’où partent les racines. Ces boutons s’appellent Cayeux. (Voyez ce mot) M. M.


BUSSARD, ou Busse. Sorte de vaisseau, composé de douves & de cerceaux, dans lequel on met du vin ou d’autres liqueurs, & qui contient deux cens seize pintes, mesure de Paris. Le bussard est une des neuf futailles régulières dont on fait usage en France. On s’en sert particulièrement en Anjou & dans le Poitou.


BUSSEROLE, ou Raisin