Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1805, tome 12.djvu/469

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


TRIANDRIE. Bœuf. Chèvre. Mouton. Cheval. Cochon. Durée. NATURE DES PLANTES
Iris, Iris pseudo acorus ? i ? 0 0 v marécageuse.
Choin, Schænus albus. ? 1 0 ? v marécageuse.
Scirpe, Scirpus palustris 2 1 0 2 2 v marécageuse.
Scirpe,—— cespitosus 1 1 0 2 2 v marécageuse.
Scirpe,—— lacustris ? i 0 ? 1 v riveraine.
Scirpe,—— maritimus 1 1 0 1 2 v marécageuse.
Scirpe,—— sylvaticus 2 1 1 1 0 v riveraine, madide.
Souchet, Cyperus esculentus 1 1 1 1 v sablonneuse, madide.
Eriophore, Eriophorum polystachium ? 1 1 ? 0 v tourbeuse.
Eriophore,—— vaginatum[1] ? i 1 ? 0 v madide.
Eriophore,—— angustifolium[2] 1 1 1 1 0 v madide.
Nard, Nardus stricta ? 1 1 1 0 v madide.
Alpiste, Phalaris arundinacea[3] 2 2 2 2 0 v riveraine.
Alpiste,—— phloides 1 1 1 1 0 pacagère, aride.
Panis, Panicum glaucum 2 a arvale.
Panis,—— Grus galli 1 1 1 1 0 a arvale, madide.
Panis,—— miliaceum[4] 2 2 a madide.
Fléau, Phleum pratense[5] i 1 i 2 0 v prairéale.
Fléau,—— nodosum[6] 2 v pacagère.
Vulpin, Alopecurus pratensis[7] 2 i 2 2 1 v madide.
Vulpin,—— geniculatus i 1 1 1 0 v marécageuse.
Millet, Milium effusum[8] 2 2 2 2 2 v ombrose.
Millet,—— confertum 1 i 1 ombrose.
Agrostis, Agrostis spica venti 2 1 0 2 1 a sablonneuse.
Agrostis,—— arundinacea 1 0 1 1 v montagneuse, forestière.
Agrostis,—— rubra 2 0 2 2 1 marécageuse.
Agrostis,—— canina 2 1 2 2 v prairéale.
Agrostis,—— stolonifera 2 i 1 1 1 v prairéale.
Agrostis,—— capillaris 1 1 1 1 sablonneuse, madide.
Agrostis,—— alba 1 1 v marécageuse.
Canche, Aira aquatica[9] 2 1 2 2 a marécageuse.
Canche,—— cespitosa[10] 1 1 1 ? 1 v forestière, madide.
Canche,—— flexuosa 2 2 2 2 1 v pierreuse, forestière.
Canche,—— montana 1 1 2 1 v pacagère, sablonneuse.
  1. Les bœufs aiment cette espèce d’ériophore, et la précédente, lorsqu’elles commencent à pousser au printemps ; ils les dédaignent lorsqu’elles ont acquis de la dureté. L’aigrette que ces graminées portent au sommet de leur chaume peut occasionner des égragopiles dans l’estomac des bœufs. On doit chercher à les extirper, lorsqu’elles se trouvent dans les prairies ou dans les pâturages.
  2. Cette euphorbe est d’une grande ressource dans l’Ile de Sky, en Écosse, où elle offre un aliment aux bestiaux dès le commencement du printemps, avant que les autres graminées aient poussé leurs feuilles.
  3. Cette plante doit être récoltée avant qu’elle ait produit ses semences : si l’on différoit après cette époque, ses tiges et ses feuilles auroient acquis une trop grande dureté pour être propres a la nourriture des bestiaux. Elle s’élève fort haut, et elle est très-productive. Elle est cultivée en Suède, dans la Scanie, où on lui lait subir deux coupes annuelles.
  4. Les feuilles donnent un excellent fourrage pour les bêtes à cornes.
  5. Le timothy, que les Anglais nomment timothy-grass, ne mérite pas tous les éloges qu’on lui a donnés. Plusieurs agronomes en font peu de cas.
  6. Les racines de cette espèce sont recherchées avec beaucoup d’empressement par les cochons.
  7. Le vulpin, ou alopecurus pratensis, est, de toutes les graminées, la plus agréable aux bestiaux. Elle produit une herbe fine, savoureuse, saine, qui conserve long-temps son odeur, et la communique au fourrage. Elle mérite l’attention des cultivateurs qui s’occupent des progrès de l’art agricole ; elle convient aux prairies basses.
  8. Il a une odeur qui plaît aux bestiaux.
  9. Elle croît communément dans l’eau : elle a une saveur douce qui plaît beaucoup aux bestiaux.
  10. Les feuilles de cette graminée sont rudes et dures lorsqu’elles ont pris un certain accroissement ; alors les bestiaux la dédaignent : elle forme des touffes qui produisent des inégalités dans les pâturages. Ces raison doivent engager à l’extirper. On enlève les touffes, on les brûle, et on répand la cendre sur le sol.