Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1805, tome 12.djvu/475

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PENTANDRIA. Bœuf. Chèvre. Mouton. Cheval. Cochon. Durée. NATURE DES PLANTES
Rossoli, Drosera rotundifolia 0 0 0 0 0 v palustre.
Rossoli—— longifolia 0 0 0 0 0 v montagneuse, madide.
Ratoncule, Myosurus minimus 1 1 i a pacagère, graveleuse.
HEXANDRIE.
Ail, Allium ursinum[1] 1 i 0 0 0 v pacagère, ombrose.
Ail—— scorodoprasum ? 0 0 0 v pacagère.
Ail—— oleraceum 1 1 2 0 v champêtre.
Ail—— schœnoprasum 1 ? 0 0 0 v prairéale.
Fritillaire, Fritillaria meleagris i i v
Ornithogale, Ornithogalum luteum 0 1 2 2 1 v prairéale, madide.
Ornithogale—— minimum 0 1 2 1 0 v prairéale.
Anthéric, Anthericum ossifragum i i 0 0 v palustre, montagneuse.
Anthéric—— ramosum ? i v calcariée.
Asperge, Asparagus officinalis i 1 1 0 0 v duméteuse.
Muguet, Convollaria maiolis 0 1 1 2 0 v sylvestre.
Muguet—— polygonatum 0 1 1 2 2 v forestière.
Muguet—— multiflora 1 1 1 2 2 v forestière.
Muguet—— bifolia 0 1 0 2 v forestière.
Acorus, Acorus calamus 0 0 0 0 0 v palustre.
Jonc, Juncus conglomeratus ? 1 0 ? v madide.
Jonc—— effusus ? 1 0 1 v madide.
Jonc—— filiformis i 1 v marécageuse.
Jonc—— squarrosus 1 0 1 v madide, sablonneuse.
Jonc—— articulatus 1 1 1 1 v madide, graveleuse.
Jonc—— bulbosus 1 1 1 1 v madide.
Jonc—— bufonius 1 1 i 1 v madide, inondée.
Jonc—— pilosus 0 1 0 2 v forestière.
Jonc—— campestris 0 i 1 1 v tourbeuse.
Épine-vinette, Berberis vulgaris i i 1 0 0 v forestière, duméteuse.
Patience, Rumex crispus 1 0 1 1 1 v pacagère, champêtre.
Patience—— aquaticus 0 0 1 2 0 v palustre.
Patience—— acutus 1 i 0 v palustre.
Oseille, acetosa[2] 2 i 2 1 1 v pacagère.
Oseille, acetosella 0 i 2 1 1 v pacagère.
Trocart, Triglochin palustre[3] 2 1 2 1 1 a saline.
Trocart—— maritimum 2 1 2 2 1 v saline, aride.
Plantain d’eau, Alisma plantago 0 1 0 0 0 v palustre.
HEPTANDRIE
Marronnier d’Inde, Æsculus hippocastanum[4] 2 2 1 2 v madide.
  1. Les tiges ou les feuilles des différentes espèces d’aulx communiquent plus ou moins leur saveur au laitage des vaches.
  2. Elle est assez commune dans nos prairies ; et, quoiqu’elle produise peu, il est cependant bon de la laisser dans les prairies et les pâturages, par la raison que sa propriété acidule contribue à la santé des bestiaux.
  3. Cette espèce de trocart, et la suivante, sont des plantes salines qui méritent l’attention de tout cultivateur propriétaire des terrains salés, ou salobres, ainsi qu’on les appelle dans les départemens méridionaux de la république. L’une et l’autre donnent un pâturage sain ; et elles croissent parfaitement dans des terrains où les graminées et d’autres plantes que l’on cultive communément ne sauroient prospérer. La seconde espèce sur-tout doit être choisie de préférence ; elle donne de plus grands produits ; elle réussit dans les terrains les plus stériles, sur-tout si ces terrains sont imprégnés d’une certaine humidité. Si l’on fait paître aux animaux le trocart maritime quelque temps avant de les livrer au boucher, leur chair acquiert un plus haut degré de saveur.
  4. Les vaches et les moutons refusent de manger le fruit du marronnier d’Inde lorsqu’ils n’en ont pas encore goûté ; mais ils le recherchent avec empressement, une fois qu’ils y sont habitués. Ce fruit est sain, et les préserve de plusieurs maladies. Les Tartares le réduisent en farine, et le donnent en cet état à leurs chevaux.