Page:Rugendas - Voyage pittoresque dans le Brésil, fascicule 20, trad Golbéry, 1827.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
( 52 )

ville, dont le pourtour était fort vaste, les maisons étaient disséminées et entourées chacune des plantations du propriétaire. Ces progrès excitèrent enfin les inquiétudes du gouvernement portugais. En 1696 les gouverneurs généraux de Bahia et de Pernambuco, Joao de Lancastro et Gaetano Mello, se réunirent pour faire de concert une expédition contre Palmares. Une armée de 1 000 hommes attaqua la ville, mais elle manquait d’artillerie et fut repoussée. On ne réussit à battre les Nègres que quand il fut arrivé des renforts et de la grosse artillerie. La ville fut prise et détruite ; on réduisit en esclavage les femmes, les enfans et tout ce qui avait pu échapper au carnage du champ de bataille. Le chef des Nègres et ses compagnons préférèrent la mort à l’esclavage : ils se précipitèrent tous du sommet d’une roche qui s’élevait au-dessus de leur ville.



----