Page:Ruskin - Les Matins à Florence.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRÉFACE

DE LA PREMIÈRE ÉDITION


Il me semble que mon professorat d’Oxford ne m’impose pas seulement le devoir de donner des leçons à Oxford, mais aussi celui d’orienter, autant qu’il m’est possible, les voyageurs en Italie.

Supposez les lettres suivantes destinées à quelques-uns de mes amis qui auraient demandé ce qui leur serait préférable d’étudier, dans un temps limité. J’espère qu’elles pourront être utiles à ceux qui les liront dans les endroits qu’elles décrivent ou devant les peintures dont elles s’occupent.

Mais je veux, tout d’abord, donner à mes lecteurs un bon conseil : Si vous en avez les moyens, payez bien votre guide ou votre sacristain. Vous pourriez croire que c’est faire tort au prochain visiteur ; mais, si vous le payez mal, vous ferez tort à tous les visiteurs. En effet, qu’en résultera-t-il ? Le sacristain enfermera ou couvrira le plus d’objets possible et réclamera ses deux sous de gratification