Page:Rutebeuf - Oeuvres complètes, recueillies par Jubinal, tome I, 1839.djvu/111

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
79
GUILLAUME DE SAINT-AMOUR.

« Mès mult a entre fère et dire ;
« C’est la nature.
« Li diz est douz et l’uevre dure :
« N’est pas tout or quanqu’on voit luire.
« Ahi ! ahi !
« Com sont li mien mort et trahi
« Et por la vérité haï
« Sanz jugement !
« Ou cil qui à droit juge ment,
« Ou il en auront vengement,
« Combien qu’il tart ;
« Com plus couve li feus, plus art.
« Li mien sont tenu por musart,
« Et je l’ compère :
« Pris ont César, pris ont Saint-Père[1],
« Et s’ont emprisoné mon père
« Dedenz sa terre[2].
« Cil ne le vont guères requerre
« Por qui il commença la guerre[3]
« C’on n’es perçoive :
« N’est mès nus qui le ramentoive ;
« S’il fist folie, si la boive.
« Hé ! arcien !
« Décretistre, fisicien,
« Et vous la gent Justinien
« Et autre preudomme ancien,
« Comment souffrez en tel lien
« Mestre Guillaume
« Qui por moi fist de teste hiaume ?

  1. Ms. 7615. Var. Son père.
  2. Allusion à l’exil de Guillaume de Saint-Amour.
  3. Ce vers est sauté dans le Ms. 7615.