Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vous avez trouvé la cause de ses cris ; recommencez le remède si les cris recommencent.

Souvent l’enfant crie parce qu’il est trop serré dans ses vêtements ; examinez si un lange ou un cordon ne le gêne pas. Quand on a la mauvaise habitude de se servir d’épingles, il peut arriver qu’une épingle pique l’enfant ; il faut y regarder.


de la nourriture


Il est non-seulement inutile, mais préjudiciable à la santé de l’enfant, soit de lui donner de la bouillie, soit de la soupe avant quatre ou cinq mois.

Quand on commence à faire manger l’enfant, il faut donner d’abord une demi-tasse à thé, au plus, de bouillie ou soupe ; on augmente au bout d’un mois, et graduellement on arrive, quand l’enfant a un an, à lui faire manger deux ou même trois assiettées de soupe par jour, et des croûtes de pain dans l’intervalle.

Quand un enfant est sevré, donnez-lui trois soupes et trois tasses de lait réparties dans la journée.

Ne donnez jamais à manger la nuit ; au plus à boire de l’eau sucrée, ou de l’eau rougie, ou de l’eau panée, selon les habitudes de l’enfant.

Autant que possible, abstenez-vous de donner la nuit ni à manger ni à boire, à moins que l’enfant ne soit malade.

On croit donner des forces à un enfant en le faisant manger beaucoup, souvent et des choses succulentes ; on se trompe cruellement. Le moindre mal qui en résulte est une fatigue d’estomac qui se fait sentir