Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


seulement inutile, mais contraire au but que vous espériez atteindre.

Ne laissez pas non plus calmer l’agitation de l’enfant par l’opium, le sirop de pavot, diacode, et autres narcotiques qui peuvent amener des maladies graves à la tête.


faiblesse des reins.


Si l’enfant a de la faiblesse dans les reins, qu’il ne puisse pas se soutenir facilement assis à six ou sept mois, ni debout à onze ou douze mois, frictionnez-lui légèrement les reins et l’épine du dos, matin et soir, avec de l’eau-de-vie. Les frictions avec de l’huile de foie de morue sont encore plus efficaces. Ayez soin de toujours frictionner de haut en bas, de la nuque aux reins. Ce moyen très innocent donne beaucoup de force aux reins et aux jambes. La faiblesse des jambes provient toujours de la faiblesse de l’épine dorsale.

Les frictions sèches aux reins et aux jambes sont excellentes pour fortifier ; on se sert d’une flanelle ou d’une brosse dure.


Empoisonnements.
Opium, pavot.


Si l’enfant est empoisonné par du laudanum, il faut d’abord provoquer les vomissements en chatouillant la gorge à l’intérieur avec une barbe de plume ; ensuite faites-lui avaler du café noir par cuillères à café toutes les dix minutes, jusqu’à ce que l’engourdissement soit passé.