Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Si l’engourdissement ne cède pas au bout d’une heure, mêlez à chaque cuillère de café une quantité égale de jus de citron ; à défaut de citron, du vinaigre ; vous pouvez sucrer sans inconvénient. Employez aussi les compresses vinaigrées sur les tempes et le front.

C’est le meilleur contre-poison des substances narcotiques.


Vert-de-gris, blanc de plomb.


Si l’enfant est empoisonné par l’une de ces deux substances minérales, donnez-lui, après avoir provoqué les vomissements, et en attendant le médecin, beaucoup d’eau fortement sucrée.

Battez douze blancs d’œufs dans deux litres d’eau, sucrez fortement et faites-en boire une bonne tasse toutes les trois ou quatre minutes, jusqu’à ce que les accidents aient cessé.

Si vous n’avez pas d’œufs, faites de l’eau de savon avec un quart de savon blanc et trois quarts d’eau, sucrez et faites-en boire alternativement avec l’eau sucrée, jusqu’à ce que les coliques, les nausées, etc., aient disparu.


Champignons.


Il faut faire vomir le plus tôt possible. Pour obtenir le vomissement, faites boire de l’eau tiède tant que l’enfant peut en boire ; un demi-verre toutes les cinq minutes, si c’est possible. En même temps, chatouillez l’intérieur de la gorge avec la barbe d’une plume ou d’un pinceau.

Si l’eau tiède n’amène pas de vomissement au bout d’un quart d’heure :