Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




LA SANTÉ
DES ENFANTS


―――――


I

INTRODUCTION


Je n’ai pas la présomption de vouloir faire un livre de médecine ; je désire seulement combler une lacune qui existe dans l’éducation des jeunes personnes, en les faisant participer aux fruits de ma longue expérience et de quelques études sur l’éducation physique des enfants. – Que de fois ai-je vu de pauvres mères pleurer des enfants qu’elles auraient conservés, si elles avaient su prévenir la maladie, ou tout au moins aider aux prescriptions du médecin, par des soins éclairés ! Moi-même j’en ai perdu un par ignorance des symptômes du mal qui me l’a enlevé, et par une alimentation reconnue trop tard détestable. Mes premiers enfants ont fait des maladies graves qui ont nécessité des remèdes douloureux. J’aurais tout évité si j’avais eu les notions d’hygiène et de médecine que j’ai eues plus tard et que je dois à un homme de talent et de conscience.