Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



du refroidissement.


Il faut, pour éviter les refroidissements, couvrir l’enfant, mais non l’étouffer sous une multitude de vêtements ; ne pas assez couvrir est mauvais ; couvrir trop est détestable.

Si l’enfant est en robe (à l’anglaise) dès sa naissance, mettez-lui en été sa chemise, une robe de flanelle, une robe de percale ; en dessous une couche de fil, des bas de laine et des chaussons.

En hiver, ajoutez sur la robe de flanelle une robe de futaine ou finette, un fichu de mousseline autour du cou, et une couche de flanelle sur la couche de fil.

Si l’enfant est à la française (en langes), mettez sur la chemise une brassière de flanelle, une autre en futaine ou en percaline doublée, un fichu de mousseline autour du cou.

Enveloppez-le d’une couche, d’un lange de molleton de laine, d’un autre en molleton de coton.

Ne serrez pas l’enfant.

Laissez-lui les jambes libres.

Relevez le bout du lange sans gêner le mouvement des jambes.

Évitez les épingles ; mettez des cordons aux langes comme aux brassières.

Mettez sur la tête un béguin en toile ou batiste, un bonnet de percale ou jaconas par-dessus.

L’été, ne laissez qu’un seul bonnet sans béguin.

Trop couvrir la tête est mauvais ; il est très-important de couvrir les membres inférieurs, surtout les pieds et les jambes.