Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


caroline.

Pourquoi as-tu ôté la clef ? Va vite la remettre ; si madame veut entrer…

gribouille.

Elle n’entrera pas, c’est moi qui le dis.

caroline.

Impossible ! Tu vas la fâcher encore. La voilà qui m’appelle, tout justement. Remets la clef à la porte, Gribouille.

gribouille.

Je t’en prie, je t’en supplie, Caroline, laisse-moi le plaisir de les surprendre ! C’est si joli !

caroline.

Fais comme tu voudras, mon pauvre frère ; je crains seulement qu’il ne manque quelque chose.

gribouille.

Rien du tout. C’est parfaitement arrangé.

caroline.

Surveille mes casseroles pendant que j’habille madame.

Caroline sortit laissant Gribouille enchanté du coup de théâtre qu’il espérait. Mme Delmis n’eut pas le temps d’inspecter les préparatifs de Gribouille. Aussitôt qu’elle fut prête, ses convives arrivèrent. Parmi les invités se trouvaient Mme Grébu, Mme Ledoux et Mme Piron.

« Mettons-nous à table », dit Mme Delmis quand Gribouille vint annoncer que le dîner était servi.

Il suivit de près, pour jouir de la surprise et de l’admiration générales. En effet, chacun admira