Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


danger ! (Gribouille se relève, reste les mains jointes devant le perroquet, qu’il regarde avec frayeur.) Je crois… je crains… qu’il ne soit mort comme maman… Il va aller avec elle et il va lui dire que c’est moi qui l’ai fait mourir !… Oh ! il le dira !… Il est si méchant ! Et maman le croira, puisque je ne serai pas là pour lui expliquer… Ah ! oui,… mais quand je serai mort aussi, moi, j’irai avec maman, et je lui raconterai bien des choses qui ne feront pas plaisir à Jacquot… Que faire ; à présent ? Ils vont tous dire que c’est moi… Et puis madame sera d’une colère ! d’une colère ! Pourvu qu’elle ne renvoie pas Caroline !… Ah ! mon Dieu ! Caroline, ma pauvre sœur ! Quoi faire ? quoi dire ? Ah ! une idée ! Monsieur est mon ami : je vais lui demander conseil. »

Et Gribouille, rejetant du pied le pauvre Jacquot jusque sous le rideau, courut chez M. Delmis.

monsieur delmis.

Qu’y a-t-il, Gribouille ? Tu as l’air tout effaré.