Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


à rester ; il aura bien du chagrin ; il disait hier au brigadier : « Si Caroline me quittait, la maison me semblerait toute triste ; tout irait mal ». Et le brigadier a répondu : « Ce sera comme ça partout où sera Mlle Caroline, monsieur le maire. On n’en rencontre pas souvent comme elle ; il semble que le cœur rit, rien qu’à la regarder. » Et papa s’est mis à rire et a dit : « Jamais je ne laisserai partir cette bonne Ca-