Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Gribouille avait la clef. Le brigadier la prit des mains de son compagnon, l’introduisit sans bruit dans la serrure, et ouvrit avec précaution. Gribouille entra le premier ; le brigadier le suivit pour refermer et verrouiller la porte.

« Fermons les volets, dit-il ; si la lune se levait, on verrait du dehors que les volets sont restés ouverts, et cela paraîtrait, suspect.

gribouille.

Où allez-vous passer la nuit, brigadier ?

le brigadier.

Sur une chaise, mon ami : je ne suis pas ici pour dormir, mais pour veiller.

gribouille.

Je resterai sur une chaise près de vous : je n’ai pas envie de dormir.

le brigadier.

Couche-toi, au contraire : il est inutile de te fatiguer à veiller.

gribouille.

Vous veillez bien, vous !

le brigadier.

J’y suis habitué, moi. D’ailleurs, je veille pour mon devoir…

gribouille.

Et pour ma sœur, comme moi ; ne suis-je pas aussi son frère, moi ? Ne dois-je pas vous aider à veiller pour elle ? Et ne faut-il pas que je sois là pour raconter à Caroline ce que vous aurez fait et comment vous aurez pris Michel ?