Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/352

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Michel, se jeta sur le brigadier, préservant de son corps la poitrine de son ami ; avant que le brigadier eût pu prévoir et prévenir ce mouvement, le coup partit et Gribouille tomba.

« Je l’ai sauvé ! s’écria-t-il en tombant. Caroline, je l’ai sauvé !

— Gredin ! » s’écria en même temps le brigadier, qui s’élança à la poursuite de Michel.