Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dame, sans quoi je ne me serais pas permis de déranger madame.

madame delmis.

Mlle Rose ! c’est une plaisanterie fort ridicule ; où est Rose ? où l’as-tu vue ?

gribouille.

Chez nous, madame, avec toutes les commères du quartier.

madame delmis.

Par quel hasard avez-vous une réunion de commères ?

gribouille.

Elles viennent voir ce que fait et dit Caroline près du corps de maman.

madame delmis, avec surprise.

Du corps ! Est-ce que ta mère serait… morte ?

gribouille.

Morte cette nuit, madame.

madame delmis, de même.

Et tu n’éprouves aucun chagrin de la mort de ta mère.

gribouille.

Si fait, madame ; mais j’en suis content pour elle.

madame delmis, avec indignation.

Mais c’est abominable, cela ! Comment ! ta mère qui était si bonne pour toi, tu ne l’aimais pas, toi !

gribouille.

Pardon, madame ; c’est parce que je l’aime beaucoup que je suis content de ne plus la voir souffrir et de la savoir heureuse.