Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


monsieur delmis.

Je croyais, si elle les avait eues de la veille, qu’elle les aurait retaillées, retravaillées, par méchanceté contre Caroline, qu’elle déteste.

madame delmis.

Qu’elle déteste ? Mais, au contraire, elle l’aime assez ; elle me le disait encore ce matin.

monsieur delmis.

Pendant qu’elle perdait Caroline dans votre esprit ! Mes rapports de police me font savoir positivement qu’elle la déteste et que c’est une mauvaise femme. Êtes-vous bien sûre que les robes n’avaient pas été apportées de la veille ?

madame delmis.

Elle me l’a dit ; je n’ai pas pria d’autres informations, comme vous pensez. »

M. Delmis ne dit plus rien, et, saluant Mme Grébu, il rentra dans son cabinet.

Ces dames, restées seules, se regardèrent.

« Qu’en pensez-vous ? dit enfin Mme Grébu.

madame delmis.

Je n’en sais rien ; je ne sais que croire. Tenez, ma chère, faisons une chose : prenons les robes et allons les montrer à Caroline, comme pour les faire arranger.

madame grébu.

Je ne demande pas mieux ; allons. »

Mme Delmis fit un paquet de ses deux robes et alla chez Caroline, accompagnée de Mme Grébu.