Page:Ségur - Lettres d une grand mère.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chacun de votre côté une petite page pourvoir lequel des deux fait le mieux. Je suis bien contente que tu t’amuses avec M. Anneau ; cela prouve qu’il est très bon et que tu travailles très bien, parce que quand un enfant travaille mal et se conduit mal, il est gêné avec son précepteur et il ne s’amuse pas avec lui… Je serai aux Nouettes probablement mardi 8, et j’espère bien que vous viendrez vous établir aux Nouettes le mercredi 9. Je serai bien contente de vous embrasser et de regarder vos chères petites figures. Adieu, mon cher petit chéri. Pierre m’écrit qu’il est enchanté d’être à Turin, qu’il s’amuse beaucoup et qu’il danse tous les soirs… Ils ont fait avec ton oncle Anatole une excursion à Milan… Ils vont tous bien…


─────


Paris, 31 décembre 1865.

Mon bon petit Jacques, un mot pour te souhaiter une bonne année et pour te prévenir que tu dois recevoir en même temps que ma lettre une petite caisse contenant : un petit panier en argent ciselé pour maman ; une petite valise de voyage pour Françon ; un petit microscope pour Paul ; un miroir à alouettes pour toi ; une boussole et une petite lorgnette à image pour toi, une pour Jeannet, une petite pour Paul ; deux flacons à parfums exquis, un pour toi (celui que tu voudras), un pour Jeannet ; c’est un parfum qui vient du Brésil, apporté à Honorine par un jeune cuisinier marin et qui est rare et hors de prix ; il faut en mettre une ou deux gouttes pour tout embaumer. Tu choisiras le flacon que tu voudras. J’avais pour Jeannet une petite ménagère ; mais au moment de faire le paquet, je ne l’ai pas retrouvée. Adieu, mon bon excellent petit Jacques, je t’embrasse