Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

AVERTISSEMENT. vu

collationner, nous laissant, tantôt chez lui, quelquefois même chez nous, les étudier, les comparer, les transcrire à loisir; à M. Victor Cousin, qui, pour toutes les parties de notre Collection des grands écrivains de la France, nous aide amicalement de son incomparable bibliothèque et de ses utiles conseils. A ces noms nous devons joindre ceux de S. A. R. Mgr le duc d’Aumale, qui possède un des plus beaux autographes qui nous restent de Mme de Sévigné une lecture nouvelle nous a permis de combler des lacunes de l’ancien texte et de corriger une des fautes les plus piquantes, on peut le dire, qui se fussent glissées dans l’édition de Perrin, et de là dans toutes les impressions postérieures *j de M. le marquis de Bérenger, de M. le marquis de Biencourt, de MM. Boutron Charlard, Chambry, Chasles de l’Institut, Dubrunfaut, Gauthier de la Chapelle, Gilbert, Rathery, Charles de Rémusat, Rio, de M. le comte Terray de Vindé, de Mgr Voucoux, évêque d’Évreux, de Mme la marquise de Villeneuve-Trans. Tous nous ont rendu facile, par leur gracieuse obligeance, la révision dernière que nous avons entreprise avant l’impression, et il est bien rare que cette révision dernière n’ait pas porté de bons fruits.

Pour les lettres de et à Bussy, c’est à M. le marquis de Laguiche que nos lecteurs doivent les améliorations de tout genre que nous y avons apportées. Il a poussé la bonté jusqu’à faire venir pour nous à Paris et laisser pendant plusieurs mois entre nos mains le manuscrit autographe que nous appelons la copie A!. Nous le prions de recevoir ici nos remercîments et ceux de tous les amis de Mme de Sévigné, dont nous croyons avoir le droit de nous faire l’interprète. M. le duc de Luynes nous a prêté, avec sa bienveillance accoutumée, la copie que nous désignons par son nom.

M. Desfeuilles est allé copier à Époisse, avec une exactitude qui ne laissait échapper aucun détail, les lettres adressées au comte et à la comtesse de Guitaut. C’est notre ami M. Mesnard qui a transcrit pour nous les lettres de Mgr Voucoux, évêque d’Évreux notre confrère M. de Wailly, une des lettres de Charlesde Sévigné (notre n° i4a3) et notre ancien collègue M. Joly, i. Voyez tome VII, p. 3o6, note i5.

3. Voyez ci-après, p. 4^9-