Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


07

Ûl "> S\4* ’a mm *.« «. _"i ? r’ il

sei et d’autres du sacré collége, en faveur ds cette femme; et imaginez-vous encore que ce n’est qu’un abrégé de sa vie.

29. DE MADAME DE SIMIAME A d’hÉRICOURT1. A Aix, le ao mars 173 r.

Vous cherchez et vous attendez des prétextes pour me donner de vos nouvelles, Monsieur je ne sais pas si c’est là une politesse dans le pays que vous habitez; mais je vous déclare que chez moi c’est une offense, et et choisi par Clément XII en r73o pour premier ministre et secrétaire d’Etat.

3. Bartliélemî Massei, Toscan, né en i663; envoyé en France en 1720, y fut nonce de 1722 à 1730; il était cardinal, légat de la Romagne et évêque d’Ancône depuis 1781 il mourut en 1745. Saint-Simon en parle assez longuement et avec éloge dans ses Mémoires, tome XII, p. 73, 73 tome X VII, p. 478,479; et tome XVIII, p. 287, 288 du Journal de Dangeau.

Lettke 19. 1. Pour les lettres à d’Héricourt, sauf un petit nombre que nous avons pu recollationner sur les autographes, nous suivons le texte de l’édition de 1818, qui futrevu sur les originaux communiqués à M. Monmerqué par M. le marquis d’Héricourt, petit-fils du correspondant de Mme de Simiane (voyez tome 1 de l’édition de 1818, Notice bibliographique^. 45). Nous avons d’ailleurs cru devoir comparer soigneusement le texte de 1818 avec celui de la première édition (1773); dans celle-ci les noms propres ont été presque tous remplacés par des points ou des initiales, et quelques passages ont été omis nous signalerons les passages omis, mais il nous paru bien souvent inutile de relever les autres différences, Bénigne-Jérôme du Trousset d’Héricourt, né à Paris le 14 janvier 1694, fut intendant de la marine à Marseille, puis à Toulon. La terre du Boulay fut érigée en marquisat en sa faveur, par lettres patentes enregistrées au parlement de Paris le 17 janvier 1749, et en la chambre des comptes le 2 janvier 1750. Il était neveu de Jean-BaptisteHenri du Trousset de Valincour, membre de l’Académie française, l’ami de Racine et de Boileau (mort en janvier 1730).

1731