Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

128

Ij32

chez mon père, que je le vois fondre en larmes à la vue de son portrait’, je vous avoue que s’il me demandoit mon bien, je crois que je le lui donnerais, et je vous annonce10 que je vous fatiguerai beaucoup au sujet de ce fils galérien prenez courage et armez-vous de patience. Ce ne sera plus que le 7 que j’aurai l’honneur de vous voir, Monsieur; je vous en dirai les raisons elles sont trop longues pour une lettre qui l’est déjà beaucoup, mais que je ne finirai pas sans vous dire que M. le che- valier de Castellane, d’accord avec M. de Verdun, mon traître de valet de chambre", après m’avoir empêchée d’entrer dans ma nouvelle maison pendant huit jours, sous prétexte de la couleur que l’on mettoit au plancher, m’y menèrent il y a deuxjours, et que je trouvai la maison meublée depuis la cave jusqu’au grenier, sans qu’il y manque 12 un clou, toutes les fenêtres et cheminées du rez-de-chaussée posées, enfin, affaire de fées; voyez13 si cela se peut souffrir c’est un enchantement de toutes les façons, et Belombre m’est un peu obligé cette année14. Adieu, Monsieur j’ai un extrême desir d’avoir l’honneur de vous embrasser.

Ayez la bonté de rendre la lettre de l’abbé de Suze à Mesangeau c’est le nom de ce bonhomme.

Ce 25 juin.

9. Devant son portrait. » {Édition de 1773.)

10. « Et je vous avertis. » (Ibidem.)

11. « D’accord avec môn traître de valet de chambre, » (Ibidem.) 13. «’Sans qu’il y manquât. » {Ibidem.)

13. Les dernières lignes, à partir d’ici, ont été revues sur l’autographe. L’alinéa qui termine la lettre « Ayez la bonté, etc., » a été supprimé dans l’édition de 1773.

14. D’y être venue: la lettre était’sans doute écrite deBeloml3re.