Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

SUR L’JRT POÉTIQUE D’HORACE. 333

J’avois demandé à M. D** comment des caractères qui ne sont pas encore inventés peuvent être à l’usage de tout le monde ? Cette question paroissoit à bien des gens mériter quelque attention. M. D** y répond ainsi

M. D* <x Je ne m’attendois pas à cette demande. Je l’avoue. Ces caractères a communs sout au premier occupant, parce qu’ils ne sont pas encore inventés. »

Réponse. M. D** est encore en cet endroit dans les maximes des jurisconsultes, et il veut toujours qu’un caractère, un personnage de comédie, soit au premier occupant, comme un fonds qui n’est réclamé par personne. Ces caractères ce communs » sont, dit-il, « an premier occupant », parce qu’ilsne sont pas encore inventés. ST. D** est prié de laisser au barreau ce terme de « premier occupant » il ne convient nullement à V AH poitiqiie Horace, en écrivant anx Pi- sons, n’a pas prétendu parler en avocat, il a voulu parler le langage ordinaire des hommes. Quand M. D** aura une fois compris cette vérité, on lui dira que ces caractères ne peuvent être communs et à l’usage de tout le monde, qu’après qu’ils ont été inventés c’est ce qui les rend « communs ». Il y avoit dans le monde bien des gens fougueux et injustes, avant qu’Homère eût écrit: cependant on n’en avoit fait aucun usage mais dès qu’Homère a représenté son Achille, il a rendu ce caractère « commun » tous les poëtes, et ils s’en peuvent servir toutes les fois qu’ils le jugeront à propos. Voilà comme on parle ordinairement entre les hommes, dès qu’on ne plaide pas dans la grande chambre, ou dans le sénat, pour un héritage.

Je dirai de plus à M. D** que dans VArt poétique les vers qui commencent par Publica materies, etc., d’un consentement général ne sont que l’explication de ceux sur lesquels nous disputons. PuMica materies est le véritable commentaire de comniunia, et prh-ati jttrîs est le commentaire de proprie dicere, M. D** dira que non: je dirai que si. La force des poumons et de la poitrine en décidera, et par là M. D** gagnera son procès. Les paroles et les citations ne lui manquent jamais; s’il en est de même des raisons, c’est une question toute séparée. Il a affirmé en maître, et avec une autorité à laquelle tout doit céder, que le mot communia n’avoit jamais eu d’autre signification que celle de « choses inconnues, nouvelles, non dites », et ne pouvoit jamais signifier « ce qui est publie ». Examinons cette grande vérité, qu’on nous dpnne avec un air si propre à imposer.

Horace dans un endroit de ses ouvrages (je ne saurois dire pré-