Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/539

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE. 453

A cette édition commence une époque toute nouvelle pour

le texte des lettres de Mme de Sévigné. Non-seulement elle a été

elle-même unetrès-grande amélioration, mais ce grand pas dans

une voie toute nouvelle d’exactitude et de fidélité, l’étude que

M. Monmerqué a entreprise, pour pouvoir le faire, des sources

et des matériaux de tout genre encore existants aujourd’hui, lui

ont montré ce qu’il restait à accomplir, et lui ont fait concevoir,

dès que sa première tâche fut rem plie,le projetd’allerbienaudelà

et de préparer cette édition nouvelle que nous avons le regret

de publier aujourd’hui sans lui et à saplace, et l’impression de

laquelle noùsavons apporté, ainsi qu’aux divers soins qu’elle ré-

clamait, un’zèle, nous pouvons le dire, d’autant plus conscien-

cieux, qu’elle devait porter son nom,sonnom seul. Je l’ai moi-

même ainsi voulu, et il m’a paru que c’était justice. Jusqu’au

jour où il m’appela, sentant ses forces défaillir au moment

où il touchait au but, à m’associer à la fin de son travail, et me

remit son manuscrit, qu’il jugeait prêt pour l’impression, je ne

m’étais jamais occupé, avec des vues de critique et d’éditeur,

des lettres de Mme de Sévigné, Lui, au contraire, ces lettres

avaient été, pendant de longues années, sa grande, sa presque

unique pensée: il est tout simple et de toute équité qu’elles

demeurentsa gloire. Qu’on me pardonne ces lignes, dont cette

notice toute technique n’était peut-être guère la place. Je

n’ai pu m’empêcher, en écrivant le nom de mon regrettable

confrère, d’exprimer avec une entière sincérité les sentiments

que j’éprouve, les dispositions où je demeure à son égard,

maintenant que je touche, à mon tour, à la fin de ma tâche.

4a. Lettres de Mme de Sévigné, de sa famille et de ses amis.

Paris, imprimerie de Clô: J. J. Blaise, i8r8-i8ig, la vol.

in-12, avec 5 portraits et 5 fac-simile.

Quelques exemplaires ont été tirés sur papier vélin. C’est

une réimpression, dans un autre format, dun°4i>

43. Lettres de Mme de Sévigné, de sa famille et de ses amis,

avec portraits, vues et fac-simile. Paris, imprimerie de

P. Didot l’aîné; J. J. Biaise, 1820-1811, 10 vol. in-S".

Réimpression, avec un petit nombre de changements, parmi

lesquels se sont glissées quelques fautes, de l’édition de r8i8,

contenant, comme elle, 8 portraits, i3 vues et ro fac-simile. A

l’occasion des n™ 4*43i il faut mentionner la

Collection de vingt portraits du siècle de Louis XIV, que