Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 2.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1671 même si celle que je voudrois avoir faite est dans la justesse des devises ; je n’ai aucune lumière là-dessus ; mais en gros elle m’a plu ; et si elle étoit bonne, et qu’elle se trouvât dans les quadrilles, ou dans un cachet, ce ne seroit pas un grand mal : il est difficile d’en faire de toutes nouvelles. Vous m’avez entendue mille fois ravauder sur ce demi-vers du Tasse que je voulois employer à toute force, l’alte non temo[1]. J’ai tant fait que le comte des Chapelles a fait faire un cachet avec un aigle qui approche du soleil, l’alte non temo ; il est joli. Ma pauvre enfant, peut-être que tout cela ne vaut rien, et je ne m’en soucierai guère, pourvu que vous vous portiez bien.


219. — DE MADAME DE SÉVIGNÉ À MADAME DE GRIGNAN.
Aux Rochers, dimanche 15e novembre.

Quand je vous ai demandé si vous n’aviez point jeté mes dernières lettres, c’étoit un air : car, de bonne foi, quoiqu’elles ne méritent point tout l’honneur que vous leur faites, je crois qu’après avoir gardé celles que je vous écrivois quand vous faisiez des poupées, vous garderez encore celles-ci ; mais il n’y a plus de cassettes capables de les contenir : hélas ! il faudra des coffres.

Je ne crois pas qu’il y ait rien de plus plaisant que ce

  1. 7. Jérusalem délivrée, chant II, stance XLVI. — C’est Clorinde qui dit ces mots :

    Son pronta. ad ogni impresa :
    L’alte non temo, et l’umili non sdegno.

    « Je suis prompte à toute entreprise : je ne crains pas les hautes et ne dédaigne pas les humbles. »