Page:Sade - Aline et Valcour, ou Le roman philosophique, tome 4, 1795.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE LVIII.


Madame de Blamont à Valcour.


Paris, ce 6 mars.


· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
Tout va le mieux du monde, en Bretagne,… avant trois mois mademoiselle de Kerneuil sera rentrée dans les biens de sa prétendue mère, et pour completter le bonheur de tous deux, le roi d’Espagne a fait répondre que l’on pouvait compter sur deux millions.

    rions nous empêcher de dire qu’il y a bien de l’art à suspendre ainsi la foudre sur la tête de l’héroïne, à allarmer sur son sort, en écrasant tout ce qui l’entoure. (Note de l’éditeur.)