Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/165

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vues ; elle avait tâché de le rendre digne de la double couronne ; elle sentit bientôt qu’il était incapable de porter même la sienne. De ce moment, elle se joignit aux ennemis de Richard et contribua, peut-être plus qu’un autre, à le perdre : elle avait vu le duc de Lancastre à Paris, lorsqu’il n’était encore que comte d’Herefort, et s’était concertée avec lui sur tous les moyens de la conspiration élevée à Londres contre un gendre qui lui convenait aussi peu. Elle-même avait grossi les défauts de Richard, et nous avons sous nos yeux les preuves que les charges de la condamnation de ce prince sont absolument semblables à tout ce qu’elle avait dit au duc d’Herefort[1].

« Érection des lois les plus tyranniques.

« Exécutions commises par lui sur ses oncles.

« Mêmes cruautés sur plusieurs seigneurs de la cour.

« Emprunts forcés, impositions arbitraires, délations calomnieuses, vols dans les églises.

  1. Que l’on confronte les pièces du procès de Richard II qui existent à la Tour de Londres avec celles du procès de Bois-Bourdon, à qui la reine avait tout dit, et l’on s’en convaincra. Voyez la première sous le titre de An authentick writing extracted from the trial of Richard II, King of England, Fo 15.

    Quant aux secondes, elles se voyaient aux pièces du procès de Bois-Bourdon, liasse 6, fo 9.