Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


suivait avec chaleur ceux qu’elle soupçonnait de lui avoir fait perdre son époux ; Valentine était complice de toutes les débauches mystérieuses d’Isabelle ; elle était dépositaire de tous ses secrets ; c’était Isabelle elle-même qui l’avait livrée à Charles pour disposer plus librement du duc d’Orléans. Valentine avait coopéré aux maléfices qui avaient occasionné l’affreux état du monarque. Elle pouvait nuire à tout ce qu’on allait faire en faveur du duc de Bourgogne. Que de raisons pour se défaire d’une femme aussi dangereuse ! Isabelle eut donc bientôt décidé de son sort.

« Restez auprès de cette femme à Blois, avait-elle dit à son favori Bourdon[1] ; ne la quittez pas ; pendant que nous serons à Tours, vous me ferez exactement savoir de ses nouvelles par Le Clerc, votre valet de chambre, que vous m’enverrez à cet effet. J’ai pris d’excellentes mesures pour que vous ne soyez pas longtemps chargé de cette surveillance. »

Effectivement, au bout de huit jours, il ne fut plus question de cette malheureuse princesse.

C’est avec peine que nous chargeons Isabelle de ce nouveau crime ; mais est-il possible de le révoquer en doute ? Les simples probabilités que nous

  1. 9e pièce du procès, fo 7.