Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


térieur en attendant de voir jouer à ce prince le rôle important qui le distingua.

Des Essarts, tout entier au dauphin, travaillait à lui ménager un traité d’où il pût ensuite avec des forces suffisantes, composer avec la reine et le duc de Bourgogne. En conséquence de ce projet, cet intrigant s’était emparé de la Bastille. Le duc de Bourgogne n’eut pas plus tôt appris cette démarche que, démêlant les projets du prévôt, il ne s’occupa plus que d’en prévenir les suites. Armant tous les scélérats de la capitale sans cesse à ses ordres, il fit aussitôt arrêter Des Essarts au sein même de la place dont il s’était emparé, et le fit conduire à la Tour du Louvre. Encouragé par ce premier pas, les séditieux s’élancent au palais qu’habite le dauphin, ils en enfoncent les portes, saisissent les amis et les domestiques de ce prince qu’ils courent renfermer dans l’hôtel même du duc de Bourgogne, massacrant en chemin tous ceux qui ne veulent ou ne peuvent les suivre.

« Beau-père, dit le jeune prince, dès qu’il revit le duc Jean, c’est à vous que je dois le traitement ignominieux que je viens d’éprouver, mais j’espère que la fortune ne vous sera pas toujours aussi favorable. — Sire, répondit le duc, je n’ai part à rien de tout cela, et vous me rendrez justice quand votre colère sera apaisée. »