Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


son autorité, que la présence de son fils, tandis que ce fils, rappelé par les Armagnacs, devait, en se prononçant en leur faveur, devenir extrêmement dangereux pour sa mère ? Ce n’était donc pas de son fils qu’elle avait besoin, c’était du duc de Bourgogne, et tous deux dans ce moment au moins, paraissaient avoir bien plus de raisons pour s’approprier Charles que pour conserver Jean. Cette seule combinaison devenait l’arrêt de ce dernier prince : car on ne pouvait laisser subsister ensemble deux dauphins d’opinions si différentes et réclamés tous deux par les chefs de leur parti. Jean devait donc périr, et il périt. Ce soin cruel devint encore l’ouvrage d’une mère barbare, qui sacrifiait à son ambition les plus doux sentiments de la vie. La nature peut-elle donc produire de tels monstres, et leur pernicieuse existence n’est-elle pas une calamité publique ?…

Le mécontentement qu’excita ce prince décida de son sort : Jean reçut de sa mère, disent les historiens, une chaîne d’or qui fit tomber la peau de ses mains, sitôt qu’il la toucha, et qui lui donna la mort dès qu’il l’eut placée à son cou. On attribua aussi cet accident à une apostume dans la gorge ; mais quoi qu’il en fût, il mourut, et le ciel laissa vivre Isabelle. On ne la soupçonna même pas de ce crime, généralement attribué au duc