Page:Sade - La nouvelle Justine, ou les malheurs de la vertu, suivie de L'histoire de Juliette, sa soeur, tome 5, 1797.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’espèces ; sur la fin du règne de Louis XIV, le peuple payait sept cent cinquante millions d’impôts par an, et il n’en entrait que deux cent cinquante millions dans les coffres du roi, voilà donc cinq cents millions de volés ; croyez-vous que la conscience de ces grands voleurs-là fut très-alarmée de ce vol ?

Eh bien, répondis-je à Dorval, je me pénètre de tous vos modèles je goûte tous vos raisonnemens, mais j’avoue que je ne comprends cependant point qu’un homme riche comme vous, par exemple, puisse trouver du plaisir au vol.

Parce que le choc voluptueux de cette lésion sur la masse des nerfs, d’où je vous ai prouvé que l’érection se déterminait, me répondit Dorval, n’en est pas moins la même sur moi, quoique je sois riche ; parce que, riche ou non, je n’en suis pas moins construit comme les autres hommes ; d’ailleurs, je n’ai selon moi que le nécessaire, et ce n’est pas le nécessaire qui rend riche, c’est le superflu ; on n’est riche, on n’est heureux que de ce superflu ; et mes vols me le donnent. Ce n’est point par la satisfaction des besoins de pre-