Page:Saint-Amant - Œuvres complètes, Livet, 1855, volume 1.djvu/248

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
198
Le Soleil levant.

Tous mes honneurs s’effeuillent,
Je n’auray rien à desirer,
Et finiray sans murmurer.

Reyne des fleurs, apaise-toi :
Voicy venir Sylvie,
Qui t’apporte en elle de quoy
Contenter cette envie,
Car sa main de lys a dessein
De te loger en son beau sein.




LE MELON.


Quelle odeur sens-je en cette chambre ?
Quel doux parfum de musc et d’ambre
Me vient le cerveau resjouir
Et tout le cœur espanouir ?
Ha ! bon Dieu ! j’en tombe en extase :
Ces belles fleurs qui dans ce vase
Parent le haut de ce buffet
Feroient-elle bien cet effet ?
A-t-on bruslé de la pastille ?
N’est-ce point ce vin qui petille
Dans le cristal, que l’art humain
A fait pour couronner la main,
Et d’où sort, quand on en veut boire,
Un air de framboise [1] à la gloire

  1. Le vin framboisé produit par le terroir de Bourgueil, près de Tours, est très estimé en Touraine et en Anjou.